Connect with us

Hi, what are you looking for?

Afrique

Ounahi s’exprime sur son avenir : « Le projet sportif passe avant tout. »

Après une remarquable Coupe du monde avec la sélection marocaine, Azzedine Ounahi, notre milieu de terrain s’est confié pour une interview exclusive “post Coupe du monde”.

Comment as- tu vécu la Coupe du monde qui vient de s’achever et notamment ton formidable parcours et celui de la sélection marocaine ?

J’étais convaincu que l’on pouvait aller le plus loin possible dans la compétition. C’est une génération avec beaucoup de talent, un groupe qui vit bien et surtout, un très bon sélectionneur qui a pris en main notre sélection il y a à peine trois mois. Il y a encore du travail, bien sûr, mais nous sommes une génération qui peut écrire l’histoire et nous l’avons fait. L’objectif était qu’en arrivant à Doha, nous devions faire plus que trois matchs, de faire ensemble les efforts, d’être soudés entre nous pour passer ce premier tour. Nous avons été la surprise de cette Coupe du monde. Si on parlait du Maroc au début de la compétition, personne ne nous aurait vu en demi-finale. Nous avons été déçus de ne pas être arrivés au bout. Il faut retenir que nous avons fait un très beau parcours. Quand nous sommes arrivés au Maroc, à Rabat et que nous avons vu tout le peuple être là, c’est une fierté.

Prochain objectif pour nous, la CAN. Nous devons nous concentrer sur cette compétition car après le parcours que nous avons fait en Coupe du monde, nous devons aller au bout avec la CAN.

Aujourd’hui, la coupe du monde est passée, nous avons écrit l’histoire et nous sommes contents.

Tu as rendu les Marocains mais aussi nos supporters très fiers, comment vis-tu cette reconnaissance surtout que tu as réussi à épater y compris Luis Enrique le sélectionneur espagnol ?

Nous n’étions pas conscients de ce que nous avions réalisé. Par contre, on l’a vite compris quand nous sommes arrivés à l’aéroport de Rabat. Et puis ensuite, nous avons découvert les images, les vidéos, le peuple marocain dans la rue qui chante, nous acclame; nous sommes fiers de ce que nous avons fait. Lors de l’accueil, il n’y avait pas que des garçons. Il y avait des filles, des mamans, des papas, des enfants plus jeunes; et là que nous avons compris que nous avons fait une belle Coupe du monde et que nous avons rendu le peuple fier de nous.

Tu es conscient que tu viens de franchir une étape importante dans ta carrière. Comment vois-tu ton avenir ? 

La saison dernière était déjà une étape importante pour moi. J’ai découvert la Ligue 1 Uber Eats, je me devais de m’imposer, de gagner ma place et surtout que je devienne un titulaire indiscutable à Angers. Cette année, ça a été un peu compliqué avec l’équipe. Nous avons très mal commencé le championnat, nous sommes derniers, maintenant il faut vite prendre des points pour être sauvés en fin de saison.

C’est Angers qui m’a offert la possibilité de disputer la Coupe du monde et de pouvoir exposer et montrer mes qualités au monde. Si je n’étais pas titulaire à Angers ou un joueur de Ligue 1 Uber Eats, je n’aurais pas eu la possibilité de faire une coupe du monde à l’âge de 22 ans. Angers est une étape importante dans ma carrière. Aujourd’hui, nous savons tous qu’il y a des clubs intéressés. Ce sera un choix à faire, un choix qui sera important pour ma carrière et surtout faire le bon choix. Nous ne savons pas comment ça va se passer encore. Est-ce que je vais signer et partir en janvier ? Est-ce-que je vais signer, rester et aider le club et partir cet été ? Je ne sais pas encore. J’attends d’ici les jours, semaines qui arrivent pour faire le bon choix. Je suis en contact tous les jours avec le Président. Nous allons faire le bon choix pour ma carrière et pour le club.

Sans langue de bois, tu sais que tu es convoité par plusieurs clubs. Dans quel pays et quel championnat voudrais-tu jouer si tu décides de quitter le SCO ?

C’est ce que j’ai dit au Président. Le projet sportif passe avant tout. Je n’ai pas de championnat préféré, je n’ai pas une destination idéale, je regarde avant tout le projet sportif. Dans le Club où j’irai, je dois encore progresser pour montrer mes qualités.

Pour être clair avec tout le monde, je n’ai pas de préférence pour tel ou tel championnat parce que je regarde le projet sportif, l’intérêt du club mais aussi le mien. S’il y a un vrai projet sportif, c’est là-bas que j’irai.

Quel a été le secret de la sélection marocaine pour réunir cet état d’esprit formidable et cet engagement qui vous a permis de battre la Belgique, d’éliminer l’Espagne et le Portugal et de tenir tête à la Croatie et à L’Équipe de France ?

Nous savions que c’est notre état d’esprit qui allait faire la différence. Tu ne peux pas arriver à la coupe du monde, jouer quand tu as le ballon et ne pas faire d’effort pour l’avoir. Ce que nous avons chez nous, c’est que tout le monde défendait. Ça commence par une série d’attaquant jusqu’au gardien. Tout le monde défend et tout le monde fait des efforts. Quand nous avions le ballon, nous savions que nous pouvions faire mal à n’importe quelle équipe. Nous avons très bien défendu et nous sommes la meilleure défense de la compétition. C’est la différence parce que nous avons tous fait des efforts, nous avons joué ensemble et nous avons montré nos qualités ensemble. Il n’y a pas eu d’individualité, nous étions une famille. Nous avons eu des difficultés par rapport aux blessés. À partir du deuxième ou troisième match, 80% de l’équipe était blessée mais nous avions des remplaçants qui ont su faire la différence. Ils nous ont aidé du début de la compétition jusqu’à la fin. Le peuple a ressenti que nous étions comme une famille, je suis fier de ce que l’on a fait, content que tout se passe bien pour nous et maintenant, c’est à nous de garder les pieds sur terre, continuer de travailler et surtout préparer la prochaine compétition qui arrive.

Source : angers-sco.fr

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi :