Connect with us

Hi, what are you looking for?

Afrique

Afrobasket/ Le Sénégal confirme son statut, les D’Tigers rassurent malgré tout !

KIGALI (Rwanda) – Le Nigeria et le Sénégal, deux des favoris pour le titre, ont débuté mercredi avec autorité leurs campagnes au FIBA AfroBasket 2021.

Dans le seul match du Groupe D – suite au forfait du Cameroun – le Sénégal a établi le plus gros écart de victoire des deux premières journées du tournoi en dominant l’Ouganda 93-55, faisant ainsi mieux que la Tunisie contre la Guinée (82-46).

Lors de l’édition 2015 en Tunisie, le Sénégal avait déjà nettement battu l’Ouganda (79-48).

Gorgui Dieng a été exemplaire en faisant sentir sa présence des deux côtés du terrain. Il a terminé la rencontre avec 19 points et 8 rebonds.

Le produit du FC Barcelone Brancou Badio a rappelé à tout le monde pourquoi son futur en sélection sénégalaise est très prometteur, signant un 3-sur-5 à trois points pour finir le match avec 17 points, 6 rebonds et 6 assists.

L’Ougandais Ishmail Wainright s’est montré quant à lui très discret, laisssant le soin à Adam Seiko, auteur de 12 points et unique joueur ougandais à 10 points ou plus, de mener la charge en attaque.

Le coach de l’Ouganda George Galanopoulos admet : « Nous n’étions pas bien préparés. Je n’ai pas réussi à faire les ajustements nécessaires en cours de match. Offensivement, nous n’avons pas bien fait circuler le ballon. 17 assists et 24 ballons perdus ne sont pas les chiffres que nous voulons. » dit-il.

Le score à l’issue de la rencontre Nigeria vs Mali (81-73) ne reflète pas vraiment la physionomie de la partie, tant les anciens champions d’Afrique ont survolé les débats pour la plupart du temps.

Les « D’Tigers », surnom de l’équipe, ont mené de 22 points et ils ont contrôlé le match de bout en bout.

Pour une formation qui n’a travaillé qu’avec 8 joueurs durant sa préparation pour le FIBA AfroBasket 2021, l’établissement du nouveau record de tirs à trois points marqués en un match réaffirme encore un peu plus tout son potentiel offensif.

Benjamin Anyahukeya Emelogu a transformé 6 de ses 10 essais à longue distance, tandis qu’Uzodinma Utomi a lui réalisé un 5-sur-10 pour aider le Nigeria à totaliser 18 tirs à trois points inscrits.

Au vu de l’historique récente entre ces deux équipes (le Nigeria affiche un bilan de 6-0 aux confrontations directes contre le Mali depuis le FIBA AfroBasket 2013), les Maliens auraient pu faire mieux. Ils n’ont cependant montré des signes de révolte que dans les quatre dernières minutes de la rencontre, lorsque l’issue du match était déjà scellée.

Avec cette victoire, le Nigeria partage la tête du Groupe C avec le Côte d’Ivoire, qui a dû élever son niveau de jeu dans le dernier quart-temps pour finalement l’emporter 88-70 contre une équipe du Kenya audacieuse et combative.

Même si le Kenya a accusé un retard d’une douzaine de points tôt dans la partie, les « Morans » sont parvenus à recoller au score à la mi-temps (39-39), de quoi renvoyer aux vestiaires des « Éléphants » ivoirens songeurs, devant impérativement trouver un moyen de se défaire de la résistance du Kenya, moins bien classé et dont c’est la première apparition au tournoi continental depuis presque trois décennies.

L’ancien joueur NBA Matt Costello a réussi d’excellents débuts avec la Côte d’Ivoire en cumulant 20 points et 8 rebonds, alors que trois autres Ivoiriens – y compris le joueur de 41 ans Stéphane Konaté – ont scoré 11 points ou plus chacun.

« La Côte d’ivoire a exercé une forte pression sur nous et nous n’avons pas su la gérer. Nous avons perdu 20 ballons, ce qui a été décisif pour l’issue de partie, » dit Tylor Ongwae, meilleur marqueur du match avec 25 points.

Le seul Kenyan à plus de 9 points poursuit : « J’ai bien joué, mais cela n’a aucune importance si nous perdons le match. Je pense que mes coéquipiers vont réagir et que nous allons gagner en confiance. »

En conférence d’après-match, la coach du Kenya Liz Mills a semblé frustrée :  « En fait, je ne crois pas que la Côte d’Ivoire nous a battus, nous nous sommes battus tout seuls. Nous étions dans le coup pendant 35 minutes. » déclare-t-elle.

Source : FIBA

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi :